0 | ... | 75 | 80 | 85 | 90 | 95 | 100 | 105 | 110 | 115 | ... | 180

Souvenirs d’Halloween sur Rubi-Ka

mardi 14 décembre 2010, par Claire Mélanie :: Discours ::MMO ::

Même s’il propose un univers de science-fiction, le jeu Anarchy Online intègre dans sa temporalité les événements de la vie hors du jeu : anniversaire du lancement du jeu, Halloween, Noël, la Saint-Valentin. Ces événements sont alors autant d’occasion d’implémenter dans l’univers de Rubi-Ka des missions particulières, des cadeaux, des décorations et différentes manifestations festives.

Voici donc quelques impressions d’écran-souvenirs d’Halloween passé, histoire de patienter jusqu’à Noël.

Champ de citrouille et cimetière sur les flancs du château de Camelot.

Fête du 31 octobre animée par la Grid Stream Production, initiative de joueurs indépendante des développeurs du jeu.
On peut remarquer la décoration mise en place par les designers d’Anarchy Online : nombre de "pumpkin heads" viennent agrémenter le Grind, un des clubs de Rubi-Ka.

L’image est un peu sombre - ambiance tamisée du club exige - mais on peut remarquer l’énorme monstre à tête de citrouille, "Happy Halloween", qui présidait la fête.

Ici un alignement de Draculeets. Rubi-Ka possède dans sa faune, des bêtes nommées leets (référence explicite au langage leet et à la culture informatique qui y est associée).
Pour les fêtes, apparaissent des variations de ces leets sous la forme de Draculeet ou de Frankenleet qui vous confient des missions particulières ou vous donnent des cadeaux.
De gauche à droite dans la ville de Rome : un Draculeet personnage non joueur, mon personnage transformé en draculeet, et mon pet, mon draculeet animal de compagnie que ma technologie peut faire apparaître pour une durée de 30 minutes.


Suivant les étapes d’une mission journalière dans le jeu massivement multijoueur Anarchy Online, je passais de bar en bar. J’avais déjà auparavant noté que les développeurs avait pris soin de donner un caractère réaliste à l’univers de science-fiction de Rubi-Ka (nom de la planète où les personnages évoluent), notamment en intégrant à leurs lieux sociaux, clubs, bars, discothèques, des toilettes.

Toilettes mixtes clans, The Happy Rebel, Tir

Profitant donc de cette mission, je visitais davantage chacun des lieux, omni, neutre ou clan.
Ayant également en tête un article sur la signalétique homme/femme, plusieurs éléments m’ont alors interpellée.

Signalétique Toilette hommesPremier point, la signalétique de l’univers reprend bien l’idée d’une différenciation fondée sur la carrure et la silhouette. L’homme a les épaules larges quand la femme est plus menue et semble porter une robe ou une jupe. Elément intéressant également dans un jeu où les personnages féminins comme masculins sont amenés à combattre pour progresser, si l’homme tient incontestablement un pistolet à la main, ce que tient la femme est plus confus : un fusil ? un bouquet de fleurs ? une poupée ? une arbalète ?

Signalétique Toilette femmes

Par ailleurs, si le plus souvent les toilettes clans sont majoritairement mixtes (le terme clan désigne le camp rebelle, qui s’est séparé de la tutelle et de l’autorité de la méga-organisation Omni-Tek), les toilettes neutres et omnis reprennent bien, le plus souvent, une différenciation sexuée.

Toilettes mixtes clans, The Happy Rebel, Tir

Une fois encore, ce dernier point interroge. En effet, suite à des manipulations génétiques, une race asexuée a été créée, la race des Atrox. Si physiquement les Atrox, bien qu’asexués, ont une carrure masculine hypertrophique, le jeu prévoit que ces personnages puissent se vêtir de vêtements a priori d’abord destinés aux personnages féminins : string, petit haut, etc.
Un joueur jouant en role-play, c’est à dire en attribuant un rôle en cohérence avec l’univers, une personnalité à son personnage, aussi appelé avatar, choisira-t-il d’emmener son Atrox dans les toilettes femme ou dans les toilettes homme ? Par ailleurs ce maintien de toilettes sexuées semble l’écho du peu de reconnaissance des Atrox. L’Omni-Tek les considère d’abord comme un outil de travail (ils ont une grande force), pourquoi alors l’organisation des lieux de loisirs se soucierait-elle d’eux ?
En ce sens, les toilettes clans mixtes dénoteraient alors peut-être d’une volonté égalitariste, en opposition à la société très hiérarchisée proposée par l’Omni-Tek. L’idée paraît également vraisemblable pour les neutres (voir les toilettes du bar "Neuters ’R’ Us").

C’est dans un des clubs neutres cependant, le Reet Retreat, que la différenciation homme/femme se fait la plus prononcée. Dès la porte, la couleur est annoncée.

Du rustique et du brut pour les hommes avec une porte en bois, du propre, de la netteté pour les femmes avec une porte blanche en matériau synthétique.

La suite des toilettes est du même ordre : saleté et espace délabré pour les hommes, propreté et équipement high-tech pour les femmes.

Il faut néanmoins relativiser ces constatations. Il s’agit pour l’instant du seul bar qui propose une telle différenciation. Par exemple, le Rompa Bar omni propose exactement le même niveau d’équipement et de propreté pour les côtés homme et femme.

Toilettes Omni côté femmes

Toilettes Omni côté hommes

Et comme chez les omnis, tout a tendance à toujours être grandiloquent, même les toilettes, au Rompa Bard’Omni-Ent, sont précédées d’un tapis rouge.


Entre craquement et effritement,
traçons et soupoudrons.
Droites, ovales, fébrilement.


15h28, un peu d’inattention me fait regarder par la fenêtre, le froid surtout qui m’en parvient. Premières neiges de la saison, presqu’une pluie, une neige se cherchant, parvenant par intermittences à se donner consistance.

Le vent qui la secoue lui donne quelques mouvements visibles, sans cela disparue dans le sans-teinte de ce jour gris.

La fenêtre, fendue en une araignée mime alors l’éclat d’un imposant flocon.

Piètre qualité de l’image, c’est d’ailleurs bien le seul flocon que l’on y verra.

15h52 Tout est déjà fini.


Théâtre poétique

lundi 1er novembre 2010, par Claire Mélanie :: Interlude ::Textuel ::

Essai de poésie dialoguée et dissonante

Trois individus assemblés dans un salon, conventionnel, peu importe.

Scène 1

Une musique sirupeuse :

"Sometimes
It’s worth to fly
Sometimes
It’s not enough
Sometimes
I write all about [...]"

- Parfois c’est le temps
le temps d’être, le
temps est

- Parfois sans fin
Lassitude, foutrement
Parfois, trop tard

- Sans quoi
Parfois tant mieux
c’est comme ça

- Pourquoi enfin

- Après vous, encore vous

Scène 2

- Pourquoi moi si c’est toi
quatre cinq six

- Admire, Admire

- Chut, Taisez-vous

- Silence, roulement

- Chuuute
chchuteee

...

- Roulement
Effritement
Sans l’accord
sans la corde

- Dzing
Crissement
Foutrement

- Salutations mes bons amis
Lumination met ton habit

Bam

- Un vent effroyable

- Où, mais où
Ventripotent cours
mais cours

- Rien, passé, lisse
Ecroulé

Scène 3

- Un gant traînait
nonchalant près
du cadavre verdi

- si nonchalant

- Et de ses dents
riait bien

- la mer
à boire, frugale vie

- rougis joli, rougis
si tôt. Bras
de l’Enfer,
timballe miracle vendeur

- d’horreur


| 1 | ... | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | ... | 37 |

Creative Commons License
Ces créations sont mises à disposition sous un contrat Creative Commons.

Auteur : Claire Mélanie
Voici un espace d'expression plus personnelle. Vous y trouverez quelques textes, quelques photos, des impressions. Des instantanés, des atmosphères, des humeurs, des remarques, le tout sans restriction d'objet : d'un film à la poste, d'un jeu vidéo à la feuille déchue. Bonne lecture !
Mes chapitres
Les genres
Les derniers commentaires

> Et puis (22 février 2012)

Eclairement © 1998 - 2019
Mentions légales - Contact - Partenaires