Accueil > Art et culture > Jorge Semprun, L’écriture ou la vie

Jorge Semprun, L’écriture ou la vie

mercredi 8 juin 2011, par Corinne Godmer impression

Mots-clefs :: La Revue du 24 :: Poésie :: Roman ::

Un hommage à Jorge Semprun, décédé le 7 juin 2011 : réflexions de Corinne Godmer autour de L’écriture ou la vie.


Si nous devions considérer le monde comme un puits d’où tirer des sujets de type bac, peut-être pourrions-nous reprendre une interrogation scolaire et nous demander si, par exemple, la littérature a pour mission de défendre des causes.

Mission, cause, les termes sont vagues mais nous ressaisissons, voire ressuscitons, des noms puisés du fond de notre mémoire. Nous pourrions citer Voltaire, Aragon, Camus. Nous connaissons l’engagement des auteurs contre, pour, avec. Nous avons suivi historiquement et scolairement ou passionnément leurs combats, leurs luttes, leurs théories.

Si nous devions considérer la littérature comme un sacerdoce avec une mission ou une cause à défendre, peut-être devrions-nous l’envisager aussi au-delà du devoir littéraire comme réflexion, entre métaphore et gradation, reprise et amplification. Scolastique, rhétorique, que sa forme soit moderne, ancienne, son appui théorique ou de refus, elle construit un imaginaire au regard du réel mais reconstruit aussi une réalité dans le déni de mémoire.

Si nous devions considérer une littérature comme force de vie ou de mémoire, ce serait en reposant la voix de Jorge Semprun : L’écriture ou la vie, dans les camps de concentration, pour un jeune homme de 20 ans. Près d’un ancien professeur en train de mourir, ne sachant que dire, comment l’accompagner, il décline, en guise de Kaddish, un poème de Baudelaire, Le voyage. Commune mémoire du poétique, celle de la fraternité, de l’approche de la mort que la poésie semble intuitivement accompagner depuis ses débuts et jusque dans sa naissance. Autre douleur, autre mort, autre prisonnier, et dans les mêmes circonstances, ce sera un poème de Vallejo qui sera récité. Langage de poésie, langage d’humanité, langage d’unité pour ces prisonniers qui, lorsque les bibliothèques des camps étaient fermées, se rappelaient mutuellement des poèmes. Comment faire autrement : « Somme toute, ça n’avait rien de surprenant que la mort parlât yiddish. Voilà une langue qu’elle avait bien été forcée d’apprendre, ces dernières années. Si tant qu’elle ne l’eût pas toujours sue. » [1]

Si la littérature avait pour mission de se défendre, de nous défendre, contre l’oubli, ce serait sans doute la voix de Jorge Semprun qu’elle emprunterait : « Semprun (…) a composé une œuvre d’art, où l’on oublie jamais que Weimar, la petite ville de Goethe, n’est qu’à quelques pas de Buchenwald. » [2]


Illustration de l’article

Source : Jorge Semprun, à La Comédie du livre de Montpellier, 23 mai 2009
Auteur : Dinkley
Ce fichier est sous licence Creative Commons Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 3.0 Unported, 2.5 Générique, 2.0 Générique et 1.0 Générique.

Notes

[1Jorge Semprun, L’écriture ou la vie, Gallimard, 1994, p. 39-40.

[2Jorge Semprun, op. cité, 4ème de couverture.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

+ Répondre à cet article (2 commentaires)
carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce La cerise dans le verre d’eau
puce Fête de la mère de l’enfant
puce Le soupir des oiseaux
puce Pour te nommer
puce Dans ses yeux délavés couleur fourrure
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Et savoir attendre
puce Un dimanche en papier
puce Radiguet, "Le diable au corps", La Rencontre, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", L’autoportrait, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", « l’île d’amour », analyse II
puce Radiguet, "Le diable au corps", lecture analytique, « l’île d’amour »
puce "Candide", Voltaire, chapitre 19, Plan de commentaire
puce "Candide", Voltaire, Chapitre premier, extrait et commentaire
puce Maupassant, "Une vie", chapitre 6, extrait 1, analyse
puce "Manon Lescaut", extrait II, La Réconciliation, analyse
puce Montaigne, « De la vanité », Essais, III, 9, une explication linéaire
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte III, analyse
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, commentaire. Une dramaturgie subversive ? Le texte de théâtre et sa représentation
puce Giraudoux, "Electre", Acte I, scène 8, analyse
puce Montesquieu, "De l’esclavage des nègres", lecture linéaire
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Recherche d’information bibliographique   Tutoriels   #ALaMaison   Windows   Fable   Métier   Windows 7   Littérature   Tutoriels pour débutant   arts visuels   Vie privée   Peinture   Linux   Windows Vista   Android   Cours   Droit   Edito   Bases de données   Techniques   Histoire   Education   BD   Installation   Spectacle   Musique   Firefox   Société   Urbanisme   Microsoft Office   Pages Ouvertes   Europe   Cinéma   Manga   Windows Mobile   HTML   Théâtre   Culture générale   sport   Roman   Poésie   Photographie   Anime   Séries TV  
Eclairement © 1998 - 2019
Mentions légales - Contact - Partenaires