www.eclairement.com > Art et culture

Léopold Sédar Senghor

vendredi 18 mai 2007, par Claire Mélanie

La poésie de Léopold Sédar Senghor est envoûtante. Le développement du rythme a souvent quelque chose d’à la fois guttural et sensuel. Ses descriptions de la femme, de l’amour, de la nuit nous ramènent à la chaleur première : celle des corps en haleine, du poids de l’air, de l’enroulement dans le coeur de la terre :

"Etait-ce une nuit maghrébine ? Je laisse Mogador aux filles de platine
Etait-ce une nuit maghrébine ? C’était aussi la Nuit notre nuit joalienne.
D’avant notre naissance l’ineffable nuit : tu te coiffais devant le miroir de mes yeux.
Nous aurons d’autres nuits Sopé : tu reviendras sur ce banc d’ombre
Tu seras la même toujours et tu ne seras pas la même
Qu’importe ? A travers tes métamorphoses, j’adorerai le visage de Koumba Tâm"
Nocturnes

Il y a la recherche de l’autre, il y a cette perte dans le puits de l’harmonie. Découverte toujours : découverte sans voile des cultures, dévoilement de l’enfance, des mythes africains, de ces guerriers et de ces luttes. New York, il interpelle :

"New York ! D’abord j’ai été confondu par ta beauté, ces grandes filles d’or aux jambes longues.
[...]
Et j’ai vu le long des trottoirs des ruisseaux de rhum blanc des ruisseaux de lait noir dans le brouillard bleu des cigares.
J’ai vu le ciel neiger au soir des fleurs de coton et des ailes de séraphins et des panaches de sorciers.
Ecoute New York ! ô écoute ta voix mâle de cuivre ta voix vibrante de hautbois, l’angoisse bouchée de tes larmes tomber en gros caillots de sang
Ecoute au loin battre ton cœur nocturne, rythme et sang du tam-tam, tam-tam sang et tam-tam"

Léopold Sédar Senghor comme un éclaireur : en avant du chemin, en arrière de la mémoire avec la lanterne du souvenir des peuples d’Afrique. L’enfance du Noir, du Nègre selon les préceptes du blanc : le violon, le repas solennel. La liberté sans cesse répétée, de l’insolence à la révolte, révoltes ancestrales, insolences de garnement.
Parler la langue, parler de la langue, de l’âme et de l’Homme.

Poursuivez votre lecture :

- Le Canzoniere de Pétrarque

- Aube d’Arthur Rimbaud - commentaire

- Alassio, Emile Cottinet

- Petite perle cristalline, Henri Frédéric Amiel - commentaire


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).