Accueil > Art et culture > Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte I, scène 1, (...)

Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte I, scène 1, analyse détaillée

mardi 28 avril 2020, par Corinne Godmer impression

Mots-clefs :: #ALaMaison :: Théâtre ::

Pendant cette période de confinement, en particulier pour les élèves de lycée, nous avons décidé de publier à un rythme plus soutenu plusieurs analyses de texte.


RUY BLAS - Victor Hugo

"Acte I - Scène première – Don Salluste De Bazan, Gudiel ; par instants Ruy Blas.

Don Salluste.
Ruy Blas, fermez la porte, – ouvrez cette fenêtre.
Ruy Blas obéit, puis, sur un signe de don Salluste,
il sort par la porte du fond. Don Salluste va à la fenêtre.
Ils dorment encor tous ici, – le jour va naître.
Il se tourne brusquement vers Gudiel.
Ah ! C’est un coup de foudre ! ... – oui, mon règne est passé,
Gudiel ! – renvoyé, disgracié, chassé ! –
Ah ! Tout perdre en un jour ! – l’aventure est secrète
Encor, n’en parle pas. – oui, pour une amourette,
– Chose, à mon âge, sotte et folle, j’en convien ! –
Avec une suivante, une fille de rien !
Séduite, beau malheur ! Parce que la donzelle
Est à la reine, et vient de Neubourg avec elle,
Que cette créature a pleuré contre moi,
Et traîné son enfant dans les chambres du roi ;
Ordre de l’épouser. Je refuse. On m’exile.
On m’exile ! Et vingt ans d’un labeur difficile,
Vingt ans d’ambition, de travaux nuit et jour ;
Le président haï des alcades de cour,
Dont nul ne prononçait le nom sans épouvante ;
Le chef de la maison de Bazan, qui s’en vante ;
Mon crédit, mon pouvoir ; tout ce que je rêvais,
Tout ce que je faisais et tout ce que j’avais,
Charge, emplois, honneurs, tout en un instant s’écroule
Au milieu des éclats de rire de la foule !

Gudiel.
Nul ne le sait encor, monseigneur.

Don Salluste.
Mais demain !
Demain, on le saura ! – nous serons en chemin.
Je ne veux pas tomber, non, je veux disparaître !
Il déboutonne violemment son pourpoint.
– Tu m’agrafes toujours comme on agrafe un prêtre,
Tu serres mon pourpoint, et j’étouffe, mon cher ! –
Il s’assied.
Oh ! Mais je vais construire, et sans en avoir l’air,
Une sape profonde, obscure et souterraine !
Chassé ! –
Il se lève.

Gudiel.
D’où vient le coup, monseigneur ?

Don Salluste.
De la reine.
Oh ! Je me vengerai, Gudiel ! Tu m’entends.
Toi dont je suis l’élève, et qui depuis vingt ans
M’as aidé, m’as servi dans les choses passées,
Tu sais bien jusqu’où vont dans l’ombre mes pensées,
Comme un bon architecte, au coup d’oeil exercé,
Connaît la profondeur du puits qu’il a creusé.
Je pars. Je vais aller à Finlas, en Castille,
Dans mes états, – et là, songer ! – pour une fille !
– Toi, règle le départ, car nous sommes pressés.
Moi, je vais dire un mot au drôle que tu sais.
À tout hasard. Peut-il me servir ? Je l’ignore.
Ici jusqu’à ce soir je suis le maître encore.
Je me vengerai, va ! Comment ? Je ne sais pas ;
Mais je veux que ce soit effrayant ! – de ce pas
Va faire nos apprêts, et hâte-toi. – silence !
Tu pars avec moi. Va.
Gudiel salue et sort. – don Salluste appelant.
– Ruy Blas !

Ruy Blas, se présentant à la porte du fond.
Votre excellence ?

Don Salluste.
Comme je ne dois plus coucher dans le palais,
Il faut laisser les clefs et clore les volets.

Ruy Blas, s’inclinant.
Monseigneur, il suffit.

Don Salluste.
Écoutez, je vous prie.
La reine va passer, là, dans la galerie,
En allant de la messe à sa chambre d’honneur,
Dans deux heures. Ruy Blas, soyez là.

Ruy Blas.
Monseigneur,
J’y serai.

Don Salluste, à la fenêtre.
Voyez-vous cet homme dans la place
Qui montre aux gens de garde un papier, et qui passe ?
Faites-lui, sans parler, signe qu’il peut monter.
Par l’escalier étroit.
Ruy Blas obéit. Don Salluste continue
en lui montrant la petite porte à droite.
– avant de nous quitter,
Dans cette chambre où sont les hommes de police,
Voyez donc si les trois alguazils de service
Sont éveillés.

Ruy Blas. Il va à la porte, l’entr’ouvre et revient.
Seigneur, ils dorment.

Don Salluste.
Parlez bas.
J’aurai besoin de vous, ne vous éloignez pas.
Faites le guet afin que les fâcheux nous laissent.

Entre don César De Bazan. Chapeau défoncé. Grande cape déguenillée
qui ne laisse voir de sa toilette que des bas mal tirés et des souliers crevés.
Épée de spadassin.
Au moment où il entre, lui et Ruy Blas se regardent
et font en même temps, chacun de son côté, un geste de surprise.

Don Salluste, les observant, à part.
Ils se sont regardés ! Est-ce qu’ils se connaissent ?
Ruy Blas sort".


Problématique

En quoi cette scène répond-elle aux attentes d’une scène d’exposition ?

I) la scène pose le décor
a) le décor intérieur, le lieu

Le décor est détaillé par la première didascalie : les matières, les couleurs des tentures, ou rideaux sont précisées. Le mobilier est mentionné également (« ameublement magnifique ») mais qui cependant apparaît comme peu volumineux « Une table, un fauteuil, et ce qu’il faut pour écrire ».Cette didascalie nous permet de visualiser l’intérieur de ce palais royal.
L’espace est décrit par son étendue. Par la mention, toujours dans la didascalie, d’une « longue galerie » et de portes diverses. Par les déplacements des personnages : Ruy Blas sort puis se présente par la porte du fond, Don Salluste se tient à côté de la fenêtre, Ruy Blas se déplace vers cette fenêtre puis Don Salluste lui désigne une autre porte, sur la droite. L’espace semble ainsi entièrement livré aux personnages.

b) l’époque, le moment
La didascalie renseigne aussi sur le lieu, Madrid et plus spécifiquement le palais du roi. Une indication de l’époque est portée par l’habillement de Don Salluste « costume de cour du temps de Charles II ».
Le moment où débute la scène, le matin très tôt, est également précisé au vers 2 : « ils dorment encore tous ici, le jour va naître » puis en fin de scène « ils dorment ».

II) la scène présente les personnages
a) Don Salluste

Nous devinons d’après la mention du palais royal, puis le riche intérieur, les vêtements somptueux, que le maître des lieux, Don Salluste, est noble. Dans son entourage se note la présence d’un valet et de gardes. Don Salluste donne des ordres à Ruy Blas, à son valet, puis par l’intermédiaire de RB à ses gardes, c’est donc une figure d’autorité.
Mais la scène insiste sur des traits de caractère. Don Salluste, dans un premier temps, donne trace d’une certaine agitation. Ses mouvements sont vifs « il se tourne brusquement », voire agités « il déboutonne violemment son pourpoint » (v 26), se lève, s’assied. Il semble également s’emporter facilement (pourpoint). L’entrée en scène de Ruy Blas modifie son comportement. Face à lui, il paraît plus calme mais au vu de son emportement et de ce qui a été dit, le spectateur comprend qu’il se donne seulement une apparence pour mieux servir ses intérêts.
Dans la structure de la scène, il monopolise la parole. Entre les vers 16 à 20, il se présente lui-même. En donnant des ordres, il place et déplace les personnages. Enfin au vers 42 : « ici jusqu’à ce soir, je suis le maître encor » il résume la maîtrise des lieux, du temps, et des actions donc maîtrise le discours, l’espace et le temps. La scène 1 porte d’ailleurs comme titre son nom.
b) Ruy Blas
Face à Don Salluste, Ruy Blas apparaît comme effacé. Ses mouvements rendus par les didascalies le montrent obéissant, allant et venant aux ordres de Don Salluste. Dans son dialogue avec DS, ses réponses ne constituent que des hémistiches.
Pourtant il donne son titre éponyme à la pièce. Le spectateur pressent donc que ce comportement effacé changera au cours de la représentation.
III) la scène expose la situation
a) les raisons de la colère, évènements passés
La scène expose la situation, par le point de vue de Salluste tout d’abord qui nous permet de connaître les évènements passés. En expliquant à Guduel les raisons de sa disgrâce, puis sa répudiation, il permet au spectateur de comprendre les raisons de la colère de Don Salluste, d’imaginer aussi qu’il y aura des suites.

b) la préparation de la vengeance, évènements à venir

Dans un deuxième temps, le champ lexical autour du secret nous prépare aux évènements à venir : ce sont ainsi des mystères « l’aventure est secrète » (vers 5), des préparatifs « nul ne le sait encor, monseigneur » (vers 23) ou « Faites le guet » (vers 61).
La métaphore du puits (vers 36), la mention d’un travail souterrain (v 28, 29) supposent également un travail de creusement et l’idée de la chute. Mais les réponses ne sont pas données, le spectateur les attend.

Conclusion
Une scène d’exposition doit permettre au spectateur d’entrer dans une intrigue, de connaître les enjeux et les tensions en présence mais également de fixer le cadre spatio-temporel. Cette première scène nous présente le décor, situe également le lieu et le moment de l’intrigue. En détaillant le comportement de Don Salluste, elle nous permet à la fois de faire connaissance avec les personnages mais également d’en livrer une psychologie. Enfin, si elle expose les évènements passés par l’intermédiaire de DS, elle introduit aussi une composante mystérieuse qui laisse envisager les évènements à venir, sans pour autant les dévoiler. Elle capte ainsi l’attention du spectateur, et en cela, remplit aussi son rôle de scène d’exposition.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Dissertation théâtre
puce Dissertation argumentation, éléments de corrigé
puce Questions registre épique
puce Plan type au brouillon
puce Radiguet, "Le diable au corps", La Rencontre, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", L’autoportrait, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", « l’île d’amour », analyse II
puce Radiguet, "Le diable au corps", lecture analytique, « l’île d’amour »
puce Dissertation littérature / dissertation poésie
puce Dissertation poésie / dissertation littérature
puce Sujet de bac, pistes d’analyse
puce Les enjeux de l’incipit, questions
puce Molière, L’École des femmes, Acte I, scène 2, du début à « pour vous »
puce "Candide", Voltaire, chapitre 19, Plan de commentaire
puce Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte IV, scène 4, analyse détaillée
puce Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte II, scène 2, analyse détaillée
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, pistes d’étude
puce "Phedre", Racine, Acte V, scène 6, commentaire détaillé
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte III, analyse
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, commentaire. Une dramaturgie subversive ? Le texte de théâtre et sa représentation
puce Giraudoux, "Electre", Acte I, scène 8, analyse
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Peinture   Windows Vista   #ALaMaison   Installation   arts visuels   Théâtre   Europe   Anime   Histoire   Cours   Recherche d’information bibliographique   sport   Métier   Fable   HTML   Tutoriels   Droit   Spectacle   Pages Ouvertes   Cinéma   Windows Mobile   Tutoriels pour débutant   Manga   Poésie   Firefox   Windows   Education   Société   Microsoft Office   Edito   Littérature   Android   Bases de données   Windows 7   Roman   Séries TV   Culture générale   Linux   Musique   Urbanisme   BD   Techniques   Photographie   Vie privée  
Eclairement © 1998 - 2019
Mentions légales - Contact - Partenaires