Accueil > Art et culture > Montaigne, « De la vanité », Essais, III, 9, une (...)

Montaigne, « De la vanité », Essais, III, 9, une explication linéaire

Texte, extrait et explication linéaire

dimanche 19 avril 2020, par Corinne Godmer impression

Mots-clefs :: #ALaMaison :: A la une :: Cours :: Culture générale :: Education :: La Revue du 24 :: Littérature ::

Pendant cette période de confinement, en particulier pour les élèves de lycée, nous avons décidé de publier à un rythme plus soutenu plusieurs analyses de texte.

Ci-dessous, une lecture linéaire d’un extrait des Essais de Michel de Montaigne.


« Qui ne voit que j’ai pris une route par laquelle (…) Je me console que je serai des derniers sur qui il faudra mettre la main »

« Qui ne voit que j’ai pris une route par laquelle, sans cesse et sans travail, j’irai autant qu’il y aura d’encre et de papier au monde ? Je ne puis tenir registre de ma vie par mes actions : fortune les met trop bas. Je le tiens par mes fantaisies. Si ai-je vu un Gentilhomme qui ne communiquait sa vie que par les opérations de son ventre. Vous voyiez chez lui, en montre, un ordre de bassins de sept ou huit jours : c’était son étude, ses discours ; tout autre propos lui puait. Ce sont ici, un peu plus civilement, des excréments d’un vieil esprit, dur tantôt, tantôt lâche, et toujours indigeste. Et quand serai-je à bout de représenter une continuelle agitation et mutation de mes pensées, en quelque matière qu’elles tombent, puisque Diomède remplit six mille livres du seul sujet de la grammaire ? Que doit produire le babil, puisque le bégaiement et dénouement de la langue étouffa le monde d’une si horrible charge de volumes ? Tant de paroles pour les paroles seules ! Ô Pythagore, que n’éconjuras-tu cette tempête !
(…)
Mais il y devrait avoir quelque coercition des lois contre les écrivains ineptes et inutiles, comme il y a contre les vagabonds et fainéants. On bannirait des mains de notre peuple et moi et cent autres. Ce n’est pas moquerie. L’écrivaillerie semble être quelque symptôme d’un siècle débordé. Quand écrivîmes nous tant que depuis que nous sommes en trouble ? Quand les Romains tant, que lors de leur ruine ? Outre ce, que l’affinement des esprits, ce n’en est pas l’assagissement en une police (organisation politique), cet embesognement oisif nait de ce que chacun se prend lâchement à l’office de sa vacation et s’en débauche. La corruption du siècle se fait par la contribution particulière de chacun de nous : les uns y confèrent la trahison, les autres l’injustice, l’irréligion, la tyrannie, l’avarice, la cruauté, selon qu’ils sont plus puissants ; et les plus faibles y apportent la sottise, la vanité, l’oisiveté — desquels je suis. Il semble que ce soit la saison des choses vaines, quand les dommageables nous pressent. En un temps où le méchamment faire est si commun, de ne faire qu’inutilement il est comme louable. Je me console que je serai des derniers sur qui il faudra mettre la main".

1ère phrase : réaffirmation de sa qualité intrinsèque d’écrivain. Son rôle est de rendre compte du monde tant qu’il le parcourra. Il emploie la métaphore de la « route » pour signifier qu’il s’agit de son destin : sa route est toute tracée. Il indique également que cette activité sera celle de son existence puisqu’elle s’exercera « sans cesse », sans fin autre que celle de sa vie. Tant qu’il y aura de quoi écrire, au sens propre et au sens figuré, il sera tenu de le faire.

2ème phrase : ce qu’il est, ce qu’il représente, ne peut être résumé par ses actes, seuls ses écrits le définissent en tant qu’homme. « Fortune » renvoie ici à la figure de la destinée, qui précipite les forts et élève les faibles. Elle est aussi une modalité de la chance. Si Montaigne se fie à elle, son existence apparaît comme dérisoire « trop [basse] », faite de petits riens sans grande significations. S’il se réfère à l’inverse à ses écrits, ses « fantaisies », elle prend un sens.

3ème phrase : Montaigne donne un exemple imagé, voire scatologique, en décrivant l’activité d’un écrivain, désigné ironiquement comme un « gentilhomme », uniquement préoccupé de ses intestins. Montaigne signifie ici que cet homme se centrait trop sur lui-même. Il renvoie aussi très certainement à la théorie des humeurs qui liait les tempéraments, les humeurs, aux parties du corps (mélancolie et bile par exemple).

4ème phrase : Montaigne utilise cet exemple en métaphore d’une activité littéraire répugnante et peu intéressante.

5ème phrase : Il revient sur son activité et s’interroge sur la possibilité de venir à bout de cette tâche. Comment parvenir à compiler la somme des connaissances, passées et à venir ?
Il donne l’exemple de Diomède mais la véritable référence est celle de Didyme, un grammairien auteur de 6000 ouvrages. Se comparant à lui, il mesure le chemin à parcourir encore.

6ème phrase : Montaigne s’interroge sur l’intérêt de l’écriture lorsqu’elle ressemble à un « babil », le langage de l’enfant. Elle n’est alors que paroles empruntées, confuses et ne produit finalement qu’une somme de livres inutiles. Il est possible de voir, par la sonorité du mot « babil » une référence au mot Babel et donc à la multiplication des langues. Le titre du chapitre, De la Vanité, fait également allusion à la bible par la référence à l’Ecclésiaste I, 2 : « Vanitas vanitatum et omnia vanitas » (vanité des vanités, tout est vanité).

Deuxième phrase coupée
Parenthèse sur l’obligation morale, teintée de religion, de travailler à bon escient (pour le salut de son âme).
7ème phrase, nouveau paragraphe

Montaigne regrette qu’une « législation » (qui englobe aussi le sens moral) ne permette pas de punir les mauvais écrivains comme elle le fait des mendiants. Il assimile ainsi le mauvais écrivain à celui qui trompe, voire qui vole.

8ème et 9ème phrases

Il s’inclut dedans.

10ème et 11ème phrases
Montaigne lie ce type d’écriture (« écrivaillerie ») à l’agitation d’un peuple. Lorsque des guerres se déroulent, lorsque des conflits éclatent, ces écrits de basse qualité semblent s’accroître.

12ème et 13ème phrases
Il donne ensuite deux exemples. Celui de ses contemporains parce qu’ils évoluent dans une situation de « trouble », de contexte de guerres de religion puis cite l’exemple des Romains.
On note un parallèle entre les deux finales de phrases : « trouble » et « ruine ». L’histoire des Romains est passée, à ses contemporains de comprendre que leur situation risque de se terminer comme celle des Romains.

14ème phrase
En gagnant en finesse d’esprit (« affinement des esprits »), les hommes ne s’en sont pas assagis pour autant (« assagissement en une police »). Police renvoie à l’idée de gouvernement, voire de nation ici. « embesognement oisif » est contradictoire, embesognement signifie l’entrée dans la besogne, le travail mais un travail oisif parce que sans réelle portée littéraire, sans intérêt. Cet état d’esprit, ce travail important sans importance tient à la figure même de l’écrivain qui veut écrire, se prend au jeu en quelque sorte de sa fonction et la dépasse trop largement puis la pervertit, la « débauche ». La débauche ici vient du décalage entre la fonction de l’écrivain, sa « vacation » et l’usage qu’il en fait.

15ème phrase
Chacun de ces écrivains est responsable d’une certaine décadence de la société. Leurs essais s’appuient sur diverses malhonnêtetés ou comportements indignes, indiqués et divisés selon l’importance de l’écrivain. Dans la catégorie des « faibles », sous laquelle se range Montaigne, les défauts sont moins graves. Le mot « vanité » revient.


16ème phrase

Montaigne utilise une petite formule pour signifier que les dommages provoqués (les « dommageables ») forment comme une « petite saison », un moment d’activité intense, qui répond un peu à une mode. Cette saison se rapporte, nous rappelle-t-il, à des « choses vaines ».

17ème phrase
L’idée d’une mode se retrouve dans cette mention du « si commun ». Écrire des inepties est un trait courant. Le « méchamment faire » peut aussi bien renvoyer à la qualité des écrits qu’à l’impulsion des défauts mentionnés en phrase 15. L’oisiveté est également considérée comme « louable », elle ne renvoie pas à un défaut pour cette société de penseurs aux intentions dévoyées.

18ème phrase
Montaigne se place en position dernière (déjà indiquée par la catégorie des "plus faibles"), puisque moins dangereux, il sera moins vite inquiété.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Dissertation théâtre
puce Dissertation argumentation, éléments de corrigé
puce Questions registre épique
puce Plan type au brouillon
puce Radiguet, "Le diable au corps", La Rencontre, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", L’autoportrait, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", « l’île d’amour », analyse II
puce Maupassant, "Une vie", chapitre 6, extrait 1, analyse
puce "Manon Lescaut", extrait II, La Réconciliation, analyse
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte III, analyse
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, commentaire. Une dramaturgie subversive ? Le texte de théâtre et sa représentation
puce Giraudoux, "Electre", Acte I, scène 8, analyse
puce Montesquieu, "De l’esclavage des nègres", lecture linéaire
puce Montesquieu, "De l’esclavage des nègres", Plan détaillé
puce Molière, L’École des femmes, Acte I, scène 2, du début à « pour vous »
puce "Candide", Voltaire, Chapitre premier, extrait et commentaire
puce Balzac, "Le Père Goriot", incipit, texte et commentaire
puce Jean de La Bruyère, Caractères, "De l’homme", analyse
puce Voltaire, "Candide", chapitre 30, Commentaire
puce Pascal, "Pensées" – 139. Divertissement. Texte et commentaire
puce Rabelais, "Pantagruel", extrait du chapitre 8, texte et commentaire
puce "Candide", Voltaire, chapitre 19, Plan de commentaire
puce Montesquieu, "De l’esclavage des Nègres" (Livre XV, chapitre 5), texte
puce Jean de La Fontaine, "Les Obsèques de la Lionne", commentaire
puce Jean de La Fontaine, "Les Obsèques de la Lionne", texte
puce Abbé Prévost, "Manon Lescaut", Extrait I
puce Montaigne, « Des cannibales », Essais, Livre I, chapitre 31, (extrait : orthographe modernisée)
puce Michel de Montaigne, "Des Cannibales", Essais, Questions
puce Maupassant, "Une vie", chapitre 6, extrait 2, texte et analyse
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, pistes d’étude
puce Ionesco, "Rhinocéros" , Acte I
puce Jean de La Fontaine, "La Tortue et les deux Canards", analyse détaillée
puce Jean de La Fontaine, "La Tortue et les deux Canards", texte
puce Maupassant, "Une vie", incipit, pistes d’étude
puce Jean de La Fontaine, "Le Loup et le Chien", analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", lecture analytique, « l’île d’amour »
puce Dissertation littérature / dissertation poésie
puce Dissertation poésie / dissertation littérature
puce Sujet de bac, pistes d’analyse
puce Les enjeux de l’incipit, questions
puce Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte IV, scène 4, analyse détaillée
puce Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte II, scène 2, analyse détaillée
puce Jean Rostand, "Pensées d’un biologiste", Gallimard, Texte
puce Jean Rostand, "Pensées d’un biologiste", Gallimard, Commentaire
puce Covid-19, étudier à la maison
puce A la maison
puce Jean de La Fontaine, "Le Loup et le Chien", texte
puce RESULTATS BAC 2019
puce La Minute Philosophique qui s’éloigne
puce Eclairement au Forum séniors connectés de Rouen, 24 septembre
puce Appel à participation - Débat sur le futur de l’internet - Pilote français, Paris
puce Contribuez à l’écriture de l’histoire du bateau l’Aventure
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Parcours entre les éléments - l’expo L’Eau et le Feu à l’Eglise des Jacobins, Agen
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Poésie   Recherche d’information bibliographique   Firefox   Culture générale   Anime   Histoire   Techniques   Peinture   Théâtre   Littérature   Manga   Europe   Windows Vista   Spectacle   Windows   #ALaMaison   Education   Musique   Windows 7   Bases de données   Linux   Installation   HTML   arts visuels   Android   Photographie   Séries TV   Société   Droit   BD   Cinéma   Vie privée   Pages Ouvertes   Métier   Tutoriels pour débutant   sport   Edito   Windows Mobile   Fable   Cours   Urbanisme   Roman   Tutoriels   Microsoft Office  
Eclairement © 1998 - 2019
Mentions légales - Contact - Partenaires