Accueil > Art et culture > L’hommage à Elvis Presley au Grand Rex

L’hommage à Elvis Presley au Grand Rex

mardi 8 mars 2016, par Pierre impression

Mots-clefs :: Musique :: Spectacle ::

Samedi 5 mars à 20h au Grand Rex, Lee Memphis King nous offrait son "Elvis tribute show" accompagné de son orchestre. Nous nous y sommes rendus pour vous décrire nos impressions sur ce spectacle inhabituel.


Quoi de prévu ce samedi soir ? Un verre avec les copains ? Un dîner à deux ? Ou une balade en amoureux ?
Nous, on est allé voir Elvis en concert. Elvis ? Disons plutôt son sosie, l’original nous ayant déjà quitté depuis près de 39 ans. C’est dans la salle du Grand Rex que se mettait en scène notre imposteur, ai-je dit imposteur ? Il serait injuste de l’affubler d’un tel adjectif, puisque l’illusion était là, une posture et un charisme sur scène portant la griffe du King, sans parler de la voix… mais Claude, ayant plus d’expertise que moi-même aura un avis plus pertinent :

« Bah quand je ferme les yeux… c’est la voix d’Elvis, c’est Elvis que j’entends. »

Claude un grand fan, qui a en effet déjà vu le clone virtuel d’Elvis au Zénith et l’interprétation de Martin Fontaine. Il semblerait d’ailleurs que ce dernier offrait une prestation plus entraînante, mais à en voir la foule se lever des sièges pour se précipiter aux abords de la scène et y attirer la main de notre interprète lors de la clôture du concert par la chanson chère à nos cœurs "Can’t Help Falling In Love With You", difficile de se dire qu’il n’avait pas l’étoffe du héros.

Les costumes étaient fidèles en tous points et d’une grande finesse ; un large sourire se dessina sur mon visage lorsque "le King" entra sur scène avec ses pattes d’eph’ et sa veste étincelante. Et ma réaction fut la même lorsqu’il vêtit son large costume blanc. Au passage, je lève mon chapeau aux deux choristes Jill Schoonjans & Emma Norman qui nous interprétèrent "Jailhouse Rock" durant cette transition.

L’ambiance était familiale, beaucoup de fans étaient présents et facilement reconnaissables avec leurs t-shirts à l’effigie du King.

Un petit bémol, l’acoustique lors de la première moitié du concert n’était pas des plus soignées, les paroles étaient peu compréhensibles et la fin des phrases parfois inaudible, alors je ne sais pas si on a passé le mot à notre "Elvis bis" ou qu’on a tiré les oreilles des ingés son mais la seconde partie écrasa la première.

Hormis cela, pour un premier concert sur la scène française, notre chanteur, Lee Memphis King, s’en sort remarquablement, on sent l’expérience acquise depuis ses débuts sur scène en 2007 et on lui souhaite du succès pour la suite.

Plus d’informations sur le nouveau King à l’adresse suivante : http://www.leememphisking.com/


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
puce Lecture poétique à la Comédie Française
puce Soirée Casino Royal au cinéma les Fauvettes
puce Voyager le temps d’un concert grâce à l’Université Populaire de la Musique
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce Lecture et performance des Haïkus du livre Au Fil des pas
puce La culture pour tous dans le spectacle vivant
puce L’amour sera convulsif ou ne sera pas
puce Life Is A Cabaret !, les musicals comme vous ne les avez jamais envisagés.
puce Compétition "DANSE ELARGIE"
puce Competition "DANSE ELARGIE"
puce JaSz, la lumière au bout du tunnel de métro
puce Inédite Piaf au Hall de la Chanson - une (re)découverte
puce Hip hop : des rues du Bronx aux rues arabes
puce L’histoire d’un vieux Tzigane
puce Fête de la musique
puce Festival Jazz Musette des Puces
puce World Music Day
puce Le Rouge et le Noir : un enchantement pour les oreilles
puce Einleit : un trio au spleen éclatant
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Bases de données   Théâtre   HTML   Musique   Littérature   Droit   Edito   Fable   Anime   Installation   BD   Société   Windows Mobile   Roman   Android   Culture générale   Windows 7   Poésie   Techniques   sport   Cours   Peinture   Cinéma   Vie privée   Pages Ouvertes   Tutoriels pour débutant   Education   Linux   Histoire   Windows Vista   Urbanisme   Spectacle   Europe   Tutoriels   Séries TV   Firefox   Photographie   Recherche d’information bibliographique   Manga   Windows   Microsoft Office   arts visuels  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires