Accueil > Art et culture > Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, commentaire. (...)

Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, commentaire. Une dramaturgie subversive ? Le texte de théâtre et sa représentation

« Chaos au bureau », Acte II, p. 116 « Il nous a démoli l’escalier » à « Il m’appelle », p. 120.

vendredi 17 avril 2020, par Corinne Godmer impression

Mots-clefs :: #ALaMaison :: A la une :: Cours :: Education :: La Revue du 24 :: Littérature :: Théâtre ::

Pendant cette période de confinement, en particulier pour les élèves de lycée, nous avons décidé de publier à un rythme plus soutenu plusieurs analyses de texte.

Ci-dessous, une proposition de commentaire.


Rhinocéros, pièce de Ionesco, retrace une transformation progressive mais inexorable des habitants d’une ville en rhinocéros. Les deux personnages principaux, Jean et Bérenger, assistent à ces métamorphoses qu’ils commentent et dont ils discutent, voire disputent. Bérenger, plus en retrait, est ici directement et personnellement confronté à une mutation. De son travail où toutes les journées semblent toujours les mêmes, chargées d’ennui et de renoncement, il fait face à un bouleversement de ses habitudes. Un rhinocéros se trouve en bas des escaliers, tandis que la femme d’un de ses collègues vient rendre compte de son absence. Le cadre du bureau, exposé à un danger imminent, permet aux personnages de laisser parler leur nature, que celle-ci soit caricaturale ou non. Il serait donc intéressant de nous demander en quoi cette scène représente une subversion du genre théâtral en étudiant, dans un premier temps, le caractère des personnages, pour étudier, dans un second temps, le burlesque de la scène dans sa visée parodique.

I) Des personnages parodiques

- des types caricaturés
Les personnages renvoient tous à un type bien particulier. Nous retrouvons la jolie sténo, le chef de service dont le nom est le seul à être précédé de « Monsieur », le cadre, l’employé « qui sait tout » et le rêveur, Bérenger. Mais ces types sont caricaturés, c’est-à-dire que leur fonction ou leur physique sont exacerbés et tournés en ridicule.

Le chef de service, Monsieur Papillon, mentionne aussitôt la « direction générale » et s’installe dans son rôle de chef en répétant qu’il avait anticipé cet incident (« Cela devait arriver, cela devait arriver. C’était à prévoir. J’ai eu raison », p. 116). Ce que relève ironiquement Daisy, « Comme d’habitude », c’est une tendance à s’attribuer, après coup, l’intuition des évènements. Or, il semble difficile de prévoir qu’un rhinocéros puisse démolir un escalier. En glissant du résultat, l’escalier démoli, à la cause, le rhinocéros au lieu d’un effondrement, le chef de service se maintient dans le statut de supérieur qui pressent les évènements pour mieux les gérer. Il est aussi caricaturé dans le portrait du patron qui tourne autour des jolies femmes « Monsieur Papillon, plaisantant amoureusement et caressant la joue de la dactylo », p. 118)
Daisy, dans son rôle de jolie dactylo, est aussi représentée comme une femme sensible, trop, qui s’attendrit sur le rhinocéros : « Pauvre bête, il n’en finit pas de barrir, et de tourner en rond. » (p. 116). Elle pose la seule question pratique de la scène au regard de la situation « Mais comment allons-nous descendre ? » (p. 118). Elle peut faire preuve d’humour également : « D’accord. Cependant, existe-t-il ou non ? » (p. 117) pour revenir sur la prétendue inexistence du rhinocéros qui vient donc d’apparaître. Il semble s’agir à la fois de marquer le mépris de la jeune femme et son attachement à Bérenger.

Dudard, cadre, se représente en parfait employé qui anticipe les décisions de son supérieur « Il y a une semaine encore, j’ai envoyé un rapport, monsieur le Chef » (p. 116), en marquant un peu trop d’onctuosité, d’empressement.
Botard reste l’employé irascible, « furieux » (p. 117) qui se sent aussitôt agressé « C’est une machination infâme ! » parce que les évènements viennent ridiculiser son discours précédent. Il se réfugie aussitôt dans son statut de simple employé, « C’est toujours sur les petits que ça retombe ».

Bérenger, enfin, se comporte comme dans le reste de la pièce, semblant indifférent aux évènements qui l’entourent ; il est cependant le premier à se tourner vers Mme Bœuf « Qu’avez-vous ? » (p. 118). Il n’est ainsi pas intéressé par des évènements exceptionnels mais se tourne vers l’humain. Son comportement le distingue et le fait apparaître comme le type même de l’original (par rapport aux autres personnages). Mais le comportement de ces autres personnages laisse entrevoir des attitudes décalées.

- des attitudes décalées
Le chef de service, ainsi, se réjouit de cet incident car il pourra obtenir un nouvel escalier. Il reste à imaginer la déclaration d’incident pour entrevoir ce que ce raisonnement comporte d’absurde. En faisant la cour à la jeune femme, il marque aussi une certaine indifférence à la détresse de la femme de son employé, comme à la situation. Il reste pragmatique face au rhinocéros et à la tentative de Daisy de l’approcher « De toute façon, il est hors d’atteinte » (p. 117) mais sa réponse semble décalée par rapport à la réaction attendue.

Daisy, en effet, semble considérer le rhinocéros comme un animal de compagnie et lui attribue un nom traditionnellement –et caricaturalement- donné aux chats « Minou, minou, minou… » (p. 116) en l’appelant vers elle. Les points de suspension laissent à eux seuls comprendre l’incongruité de la situation : l’inutilité d’appeler un rhinocéros pour qu’il vienne, d’une part, le nom en lui-même d’autre part. Dans l’acte I, le chat était nommé « Mitsou » par sa maîtresse (p. 64). Écrasé par un rhinocéros, son décès est ponctué par plusieurs « pauvre petite bête » (p. 63-64). Mais c’est au début de l’Acte Premier que le logicien emploie la même expression ou presque « Minet ! minet ! minet ! » (p. 31). Cette scène fait donc écho à une autre scène mais la décale dans l’absurde en redistribuant les sentiments.

Bérenger, quant à lui, continue sa discussion tout seul : « Voyons, voyons (…) d’Afrique ou d’Asie ?.. », p. 116. Pris dans son doute quant aux cornes des rhinocéros, cornes étant à prendre aussi au second degré avec l’expression « avoir des cornes », il s’interroge et interroge. Notons que la présence de Daisy, qui se trouvait dans le café lorsque la discussion a été amorcée, n’est pas étrangère à cet intérêt. S’il se comporte de façon décalée, il reste surtout l’indifférent sur qui les évènements semblent glisser.
Cet évènement, l’arrivée d’un rhinocéros dans un escalier de bureau, tourne autour du registre du burlesque, jouant de l’impossible, voire du fantastique.

II Une scène burlesque

Si l’intrusion d’un rhinocéros au bas d’un immeuble de bureau relève en effet du fantastique, elle ne semble pourtant surprendre personne, ou presque. L’intérêt de la scène se déplace plus vers un registre qui serait celui du burlesque grâce à un jeu subtil d’inversions.

- Des personnages aux caractéristiques animales
Les personnages semblent ainsi renvoyer en miroir l’animalité du rhinocéros en inversant les rôles. Cette caractéristique est déjà annoncée par la description de Mme Bœuf, dont le nom contraste avec celui de Mr Papillon.
Monsieur Papillon, toutefois, est rapproché du rhinocéros par la mention de ses mains, qualifiées de « rugueuses » (p. 118) par Daisy qui ose une comparaison « espèce de pachyderme ! ».
Il est également possible de voir dans la discussion sans fin de Bérenger une métaphore de l’agitation de l’animal « tournant en rond » (p. 119), dans l’agressivité de Botard un caractère primitive et dans la cour faite à la jeune femme par Monsieur Papillon l’éveil des instincts. Ces analogies sont suggérées, souvent atténuées par l’humour.

- parodie de forme traditionnelle du théâtre
L’humour donne en effet une tournure plus parodique du théâtre traditionnel. Les attitudes décalées déjà, que nous avons mentionnées, les caractéristiques animales et les inversions ensuite, mais également ces petites pointes d’amusement qui saillent. Ainsi, lorsque Monsieur Papillon revient de ses préoccupations bureaucratiques pour s’intéresser à l’aspect peu pratique de la situation, le personnage emploie une expression toute faite « dans de beaux draps » (p. 118) qui contraste avec la suite de la phrase au ton plus sérieux. Remarquons aussi que la localisation marquée par la préposition « dans » forme une sorte d’antithèse avec l’absence « Nous sommes dans de beaux draps, sans escalier ». La phrase apparaît ainsi comme joueuse, s’amusant des expressions et des possibilités du langage.
Les répétitions de Mme Bœuf « Je le reconnais, je le reconnais ! » (p. 119) peuvent également passer pour une parodie du tragique, où les évènements s’enchaînent de façon dramatique et où les acteurs aiment à accentuer ce tragique. Son évanouissement un peu plus loin dans la scène l’apparente à une frêle jeune femme confrontée à une situation dramatique et donne ainsi un caractère de parodie dramatique à la scène, d’autant qu’elle saute dans les escaliers pour rejoindre son mari, comme le ferait une jeune femme amoureuse dans une scène romantique.
La situation même de la scène la situe cependant et avant tout dans une parodie théâtrale puisqu’un rhinocéros n’intervient généralement pas en personnage. Pourtant, les personnages, les lieux sont indiqués et se conforment aux règles classiques. Seul un habile glissement vers le burlesque signe une volonté parodique.

Conclusion

Nous assistons, avec cette scène, à une réécriture théâtrale. Personnages, situation, réactions et attitudes sont en constant décalage avec la vraisemblance. Pourtant, le fonctionnement opère. Les caractéristiques animales attribuées aux hommes, les caractéristiques humaines attribuées à l’animal, s’achoppent aux caractères typés, à ce qui est attendu. La scène joue des inversions, des réattributions et développe un sens burlesque. Elle apparaît comme une parodie du théâtre traditionnel voire classique dont elle n’hésite pas à reprendre les règles. Pour mieux les détourner.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Dissertation théâtre
puce Dissertation argumentation, éléments de corrigé
puce Questions registre épique
puce Plan type au brouillon
puce Radiguet, "Le diable au corps", La Rencontre, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", L’autoportrait, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", « l’île d’amour », analyse II
puce Radiguet, "Le diable au corps", lecture analytique, « l’île d’amour »
puce Dissertation littérature / dissertation poésie
puce Dissertation poésie / dissertation littérature
puce Sujet de bac, pistes d’analyse
puce Les enjeux de l’incipit, questions
puce Molière, L’École des femmes, Acte I, scène 2, du début à « pour vous »
puce "Candide", Voltaire, chapitre 19, Plan de commentaire
puce "Candide", Voltaire, Chapitre premier, extrait et commentaire
puce Balzac, "Le Père Goriot", incipit, texte et commentaire
puce Jean de La Bruyère, Caractères, "De l’homme", analyse
puce Voltaire, "Candide", chapitre 30, Commentaire
puce Pascal, "Pensées" – 139. Divertissement. Texte et commentaire
puce Rabelais, "Pantagruel", extrait du chapitre 8, texte et commentaire
puce Maupassant, "Une vie", chapitre 6, extrait 2, texte et analyse
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, pistes d’étude
puce Maupassant, "Une vie", chapitre 6, extrait 1, analyse
puce "Manon Lescaut", extrait II, La Réconciliation, analyse
puce Montaigne, « De la vanité », Essais, III, 9, une explication linéaire
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte III, analyse
puce Giraudoux, "Electre", Acte I, scène 8, analyse
puce Montesquieu, "De l’esclavage des Nègres" (Livre XV, chapitre 5), texte
puce Montesquieu, "De l’esclavage des nègres", lecture linéaire
puce Montesquieu, "De l’esclavage des nègres", Plan détaillé
puce Jean de La Fontaine, "Les Obsèques de la Lionne", commentaire
puce Jean de La Fontaine, "Les Obsèques de la Lionne", texte
puce Abbé Prévost, "Manon Lescaut", Extrait I
puce Montaigne, « Des cannibales », Essais, Livre I, chapitre 31, (extrait : orthographe modernisée)
puce Michel de Montaigne, "Des Cannibales", Essais, Questions
puce Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte IV, scène 4, analyse détaillée
puce Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte II, scène 2, analyse détaillée
puce Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte I, scène 1, analyse détaillée
puce "Phedre", Racine, Acte V, scène 6, commentaire détaillé
puce Ionesco, "Rhinocéros" , Acte I
puce "Phedre", Racine, Acte IV, scène 2, Commentaire détaillé
puce Lecture poétique à la Comédie Française
puce Jean de La Fontaine, "La Tortue et les deux Canards", texte
puce Maupassant, "Une vie", incipit, pistes d’étude
puce Jean de La Fontaine, "Le Loup et le Chien", analyse
puce Jean de La Fontaine, "Le Loup et le Chien", texte
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
puce Jean Rostand, "Pensées d’un biologiste", Gallimard, Commentaire
puce Jean de La Fontaine, "La Tortue et les deux Canards", analyse détaillée
puce Eclairement au Forum séniors connectés de Rouen, 24 septembre
puce Appel à participation - Débat sur le futur de l’internet - Pilote français, Paris
puce Contribuez à l’écriture de l’histoire du bateau l’Aventure
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Parcours entre les éléments - l’expo L’Eau et le Feu à l’Eglise des Jacobins, Agen
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Education   Techniques   Société   Spectacle   Musique   Métier   Edito   Firefox   Linux   Culture générale   Pages Ouvertes   sport   Tutoriels pour débutant   Peinture   Europe   Anime   Installation   Tutoriels   Histoire   Urbanisme   Théâtre   Bases de données   Android   Poésie   Droit   BD   Séries TV   Windows Mobile   arts visuels   #ALaMaison   Photographie   Windows Vista   Windows   Vie privée   Manga   Cours   Cinéma   Microsoft Office   Windows 7   Recherche d’information bibliographique   Roman   Fable   Littérature   HTML  
Eclairement © 1998 - 2019
Mentions légales - Contact - Partenaires