Accueil > Art et culture > Entretien avec Julien Grassen-Barbe : à propos (...)

Entretien avec Julien Grassen-Barbe : à propos des aventures d’un chaos-boy

lundi 24 mai 2010, par Claire Mélanie, Corinne Godmer impression

Mots-clefs :: La Revue du 24 :: Poésie ::

Pour faire suite à la sélection et à la mise en ligne de deux poèmes de Julien Grassen Barbe, Eclairement vous propose ce mois-ci la dernière partie d’un entretien avec l’auteur, entretien préparé par Corinne. La première partie de l’entretien est ici.


Sur Les aventures d’un chaos boy

Corinne

Le poème joue de l’association entre les mots composés recomposés et le rythme syncopé. Est-ce qu’il y aurait aussi une prière du « Je » et du « Soi » pour retrouver l’unité ?

Julien Grassen Barbe

Liturgie incantatoire d’un je tourné vers qui, enfant de la bouche qui cherche une « Parole d’avant les mots » (Le théâtre et son double, Antonin Artaud, p. 91), texte qui réconcilie - le temps d’une cérémonie - poésie et théâtre, les aventures d’un chaos-boy fait le récit épique de l’initié - Ulysse empruntant l’échelle de Jacob - dont le premier acte construit l’identité.
Qui dit je quand je dis je ? Le « moi », conscient ? Le « soi », inconscient ? La somme des deux dont « je » serait l’unité ? Reposer la question et omettre soigneusement d’y inscrire le point d’interrogation, c’est peut-être conduire les pas de qui-veut-entendre au seuil du voyage...
Prière
De laisser la porte ouverte

Corinne

Est-ce qu’il s’agit d’ « entendre » ou d’écouter ce qu’il y a derrière le « babil » pour reconnaître ce qu’il a de fécond, ce qu’il représente comme « ferment [d’idées] » ? De le poser, donc, comme un élément nourricier à l’image de cette « viande » rendue au « feu hésitant ».

Julien Grassen Barbe

Il s’agit, si le poème est une salle de concerts, d’entendre les sons de la pensée laquelle, selon Epicure, « file à la vitesse de l’atome ». L’auditeur est invité à ausculter le babil - ce résistant de la première heure ! - qui est Parolevivedépouilléed’artifices. Elle arrache la langue de celui qui pensait l’avoir clouée, poursuivant son chemin dans les plis de la mémoire. Historicité pure. Pulsion qui éclate au visage de celui qui la tenait pour morte et l’avait presque oubliée. Le poème, tout le poème, rien que le poème ! Et l’on reconnaîtra sans doute l’influence d’un Gherasim Luca dont les mots, intacts de leur vigueur, résonnent encore par-delà l’absence : « celui qui ouvre le mot ouvre la matière et le mot n’est que le support matériel d’une quête qui a la transmutation du réel pour fin. Plus que de me situer par rapport à une tradition ou à une révolution, je m’applique à dévoiler une résonance d’être, inadmissible. La poésie est un silensophone, le poème, un lieu d’opération, le mot y est soumis à une série de mutations sonores, chacune de ses facettes libère la multiplicité des sens dont elles sont chargées. Je parcours aujourd’hui une étendue où le vacarme et le silence s’entrechoquent - centre choc -, où le poème prend la forme de l’onde qui l’as mis en marche. Mieux, le poème s’éclipse devant ses conséquences. En d’autres termes, je m’oralise » (Gherasim Luca, Héros-Limite-Le Champ De La Carpe-Paralipomènes, Introduction du « Gallimard poésie poche » p. XI, XII, XIII).

Corinne

Est-ce que votre écriture passe par la reconstruction de l’unité ou la colère (« L’homme-couteau » de « L’espace-sang mémoriel ») ?

Julien Grassen Barbe

« L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible »...les forces qui, sans lui, demeureraient impalpables...oserais-je ajouter, en guise de complément, à la déclaration désormais célèbre du peintre Klee. La tâche du poète, fort de ce postulat, est de rendre audicibleodyssible -, c’est à dire à la fois audible et dicible, ce qui, sans l’ouvrage, resterait bouche bée. Si « le chaos chaotise » comme le prétendent Deleuze et Guattari (cf. Qu’est ce que la philosophie ?, Editions de Minuit, 1991), il faut ceindre ses reins. « Soyez saints car je suis saint » (Vaykra/Lévitique ; 19,2). « L’homme-couteau », sacrificateur, est peut-être celui qui réitère le geste abrahamique, réactualise sa trajectoire, redonnant corps à l’injonction « lekh lekha ! » (Bereshit/Genèse ; 12,1) dont il est l’héritier. Il marche vers l’Ouest, au milieu des steppes, sur les pas de ce chaos-boy des chaos-boys qui n’a pas hésité, une fois « l’âme aiguisée », à se traverser de « pores en ports ». « Quitte-toi de toi pour toi ! » dit bat kol/ la fille de la voix, « ne demande pas ton chemin à celui qui le connaît mais à celui qui comme toi, le cherche », précise le nomade Jabès car « quiconque s’attache à Elohim/Dieu(x) est un idolâtre », conclue le Zohar. « Je » de l’acte 1 du poème, une fois rassemblé, s’insère dans le paysage pour renouer et...
...Écrire, faire perce-voir : acte violent qui consiste à faire voir à travers une percée, ouvrir la matière, trouer le sol des idées, trancher net dans le vif, frayer un passage au peuple des métaphores – ...et l’on voit se dresser le buste d’Apollon... -. Le poète est un sismographe embarqué dans un rodéo chaosmique. Au sein des arènes de papier, il livre la crérature(s) qui s’avance et se présente comme trace(s) d’un combat mené dans les miasmes de « lalangue »...
Après Mouvements d’Henri Michaux, L’écriture du désastre de Maurice Blanchot, le dernier western est signé Julien Grassen Barbe. Il s’intitule : Les aventures d’un chaos-boy.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Fête de la mère de l’enfant
puce Le soupir des oiseaux
puce Pour te nommer
puce Dans ses yeux délavés couleur fourrure
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Et savoir attendre
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Podcast - Bruges-la-Morte, Georges Rodenbach, Chapitre VI
puce Podcast - Bruges-la-Morte, Georges Rodenbach, Chapitre V
puce Podcast - Bruges-la-Morte, Georges Rodenbach, Chapitre IV
puce Podcast - Bruges-la-Morte, Georges Rodenbach, Chapitre III
puce Podcast - Bruges-la-Morte, Georges Rodenbach, Chapitre II
puce Question roman
puce Dissertation théâtre
puce Maupassant, "Une vie", chapitre 6, extrait 1, analyse
puce "Manon Lescaut", extrait II, La Réconciliation, analyse
puce Montaigne, « De la vanité », Essais, III, 9, une explication linéaire
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte III, analyse
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, commentaire. Une dramaturgie subversive ? Le texte de théâtre et sa représentation
puce Giraudoux, "Electre", Acte I, scène 8, analyse
puce Montesquieu, "De l’esclavage des nègres", lecture linéaire
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Littérature   Histoire   arts visuels   Musique   #ALaMaison   Microsoft Office   Métier   Fable   Cours   Anime   Poésie   Recherche d’information bibliographique   HTML   Bases de données   Peinture   Firefox   Android   sport   Edito   Théâtre   Manga   Linux   Techniques   Culture générale   Windows 7   Urbanisme   Société   Roman   Education   Installation   Droit   Tutoriels   Europe   Windows Mobile   Tutoriels pour débutant   Windows Vista   Spectacle   BD   Pages Ouvertes   Vie privée   Séries TV   Windows   Photographie   Cinéma  
Eclairement © 1998 - 2019
Mentions légales - Contact - Partenaires