Accueil > Art et culture > Alassio, Emile Cottinet - le poème du 24

Alassio, Emile Cottinet - le poème du 24

La poésie du 24

dimanche 24 août 2008, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs :: La Revue du 24 :: Poésie ::

Pour le mois d’août, on se tournera vers un poète quasiment disparu des librairies, Emile Cottinet, vous pourrez peut-être trouver une oeuvre de lui sur ebay ou chez les vendeurs des quais, mais ne cherchez pas sur Internet à en savoir plus sur lui, vous n’apprendriez que peu de chose. Pas plus de numérisation pour lui sur Gallica. Il s’agira donc plus cette fois de découverte que de commentaire.


Le poème proposé, "Alassio", est extrait de L’Album lyrique et sentimental, publié notamment au sein de la revue Vers et Prose, dans le tome 14, pour le mois de juin-juillet-août 1908, il y a de cela un siècle. En un siècle venait donc à se perdre des textes ni supérieurs à d’autres mais certainement pas inférieurs.

Cette disparition des oeuvres semble à la fois arbitraire et regrettable, surtout quand un autre texte, un peu plus tardif, raisonne de manière assez similaire et reste, lui, bien ancré dans les mémoires, La Mer de Charles Trénet.

Les textes n’ont que le motif général et quelques mots en commun mais une même impression semble s’en dégager. Les voici donc :

Alassio, Emile Cottinet

Tout le soleil
dans le double miroir du ciel et de la mer,
et, sous un tiède voile d’éther,
des courbes de golfe où se courbent des lames,
de longs caps tendus vers les barques ailées...
Un toit rouge éclate, en soudaine flamme,
aux pentes grises des oliviers ;
le liquide azur s’allume
du vif-argent des écumes ;
l’âme des pins s’évade, envolée...
Et, du rivage à son lointain palais marin,
il s’est ouvert, le Soleil souverain,
pour sa royale marche au rythme égal -
dans un continent écroulement
de perles et de diamants -
toute une large voie étincelante et triomphale.

++++
La Mer, Charles Trénet

La mer
Qu’on voit danser le long des golfes clairs
A des reflets d’argent
La mer
Des reflets changeants
Sous la pluie

La mer
Au ciel d’été confond
Ses blancs moutons
Avec les anges si purs
La mer bergère d’azur
Infinie

Voyez
Près des étangs
Ces grands roseaux mouillés
Voyez
Ces oiseaux blancs
Et ces maisons rouillées

La mer
Les a bercés
Le long des golfes clairs
Et d’une chanson d’amour
La mer
A bercé mon cœur pour la vie

Le poème d’Emile Cottinet s’ouvre sur une image d’harmonie très picturale, à travers les jeux de lignes et de courbes.

Mais au-delà de l’harmonie, c’est la puissance splendide du paysage que le poète veut retranscrire. Explosion de couleurs, transformation des éléments en lumières et joyaux, accumulation des adjectifs mélioratifs.
Variation autour du somptueux de la nature.

En même temps, ce somptueux n’est pas l’écrasant : voir l’occurrence des termes renvoyant à la légèreté et à l’élévation, au vol : "voile d’éther", "barques ailées", "s’évadent", "envolée".

Ce poème publié dans une revue aux tendances symbolistes, il n’est pas surprenant que les éléments soient l’objet de multiples personnifications, venant traduire ce que cette vue imprime à l’âme de celui qui regarde.

Poursuivez votre lecture :

- La Belle Matineuse, Vincent Voiture - commentaire

- Aube d’Arthur Rimbaud - commentaire

- Avril de Gérard de Nerval

- Amers, Saint-John Perse, extrait et éléments de commentaire


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Fête de la mère de l’enfant
puce Le soupir des oiseaux
puce Pour te nommer
puce Dans ses yeux délavés couleur fourrure
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Et savoir attendre
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Maupassant, "Une vie", chapitre 6, extrait 1, analyse
puce "Manon Lescaut", extrait II, La Réconciliation, analyse
puce Montaigne, « De la vanité », Essais, III, 9, une explication linéaire
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte III, analyse
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, commentaire. Une dramaturgie subversive ? Le texte de théâtre et sa représentation
puce Giraudoux, "Electre", Acte I, scène 8, analyse
puce Montesquieu, "De l’esclavage des nègres", lecture linéaire
carre_trans
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
HTML   arts visuels   Installation   Firefox   Edito   Culture générale   Techniques   Poésie   Tutoriels   Théâtre   Séries TV   Spectacle   BD   Linux   Windows Vista   Windows   #ALaMaison   Peinture   Education   Littérature   Fable   Roman   Windows 7   Tutoriels pour débutant   Pages Ouvertes   Anime   Recherche d’information bibliographique   Société   Vie privée   Cinéma   Android   Urbanisme   Droit   Métier   Cours   Europe   Windows Mobile   Manga   Histoire   Bases de données   Musique   sport   Photographie   Microsoft Office  
Eclairement © 1998 - 2019
Mentions légales - Contact - Partenaires